Esprit, esprit de terre et démon de rêve

Publié le par Les champs de l'Invisible

diab

 

Quelques mots rapides.

voici quelques temps que je n'avais plus rien publié, il y a des périodes comme cela. Peut-être que certaines expériences sont plus motivantes que d'autres pour être relatées ? Aujourd'hui quelques anecdotes me sont arrivées et pour je ne sais quelles raisons j'ai envie d'en laisser une trace.

 

Depuis l'histoire des entités au café, je n'avais plus ressenti d'esprits, tout simplement parce que cela ne me motivait plus et que je sens que ce n'est pas ma voie. Je ressens que je dois me consacrer aux vertus et travailler sur leur convergence. Travailler sur les esprits risque de me perdre si j'y prends trop goût et ce n'est pas là où je dois continuer mon chemin.

 

Pourtant, tôt ce matin, alors que je m'assois à la table d'un café (décidemment, faut croire que j'ai une prédisposition pour ce type d'endroit...), une idée me traverse l'esprit pour la première fois depuis des mois. 'Il y a quelque chose ici'. Je regarde vite en moi-même et je me donne l'autorisation d'y aller. Il y a des tas et des tas d'esprits de toute nature... Je ne veux même pas savoir combien. Un se présente, il veut monter. Je ressens que c'était un homme et je commence à chercher à en savoir un peu plus sur lui. Il a 35 ans. Et, contrairement à ma façon de procéder habituelle, je n'ai pas envie d'aller plus loin. Je sens que cela n'est pas ma voie et que je n'ai pas besoin de mieux connaître mon visiteur. Il a envie d'y aller, je peux l'aider, les choses sont donc simples et je n'ai pas à les compliquer. Je crée le puits de lumière et je l'invite à s'y engouffrer. Apparemment c'est ce qu'il fait. En quelques secondes, les choses sont réglées. Dans le doute, j'invite les autres esprits présents qui le souhaitent à profiter du passage et je retourne à mes affaires.

Alors que je verse le sucre dans ma tasse, je sens dans mon dos une chaleur très forte (entre moi et la banquette), allon bon... Qu'est-ce que c'est que ça ? ou alors il y a en un qui est plus collant que les autres...  je vérifie, c'est une entité. Pas un esprit décédé mais un esprit de la nature. Tiens, c'est nouveau pour moi et je m'y connais pas très bien dans ce genre de chose. Je cherche sa nature, c'est un esprit de terre. Je suis incapable d'en dire plus, si ce n'est qu'il a une certaine puissance et semble sympathique. Apparemment il a besoin d'un service et il peut aussi m'aider. Après avoir tatonné, il me semble comprendre ce qu'il a à dire. C'est un problème d'électricité. Le bar/resto où je me trouve laisse trop d'appareils fonctionner la nuit et pour une raison que j'ignore cela déplaît ou cela gêne cet esprit de terre. Je me demande bien comment je peux l'aider et j'ai un instant de désarroi en m'imaginant aller parler au patron pour lui expliquer la chose. Je propose à l'esprit de passer le message à la part supérieure des responsables de l'établissement via la mienne en espérant qu'à termes ils y seront sensibles. Il accepte et c'est ce que j'essaie de faire pendant un certain temps. A la fin de l'opération, le résultat ne me semble pas satisfaisant, en fait je comprends que je ne me suis pas concentré sur les bonnes personnes, c'est le chef cuisinier le responsable et c'est sur lui que je dois travailler. Je me reprends alors et je complète l'action. Au bout d'un certain temps, il semble que le message ait été transmis, je vérifie avec l'esprit qui semble plus ou moins satisfait. Je lui envoie des pensées d'amour et sa présence s'efface.

 

Je peux alors reprendre mon petit déjeuner.

Alors que je suis pensif, il me revient à l'esprit un rêve particulièrement fort que j'ai fait dans la nuit.

Je suis sur un ponton de bois étroit et immense, et c'est la nuit. Presque à sa hauteur coule avec une grande violence un fleuve de sang et de lave et une dizaine de mètres en aval, le fleuve disparait dans une chute immense sous le plafond d'une caverne qui s'ouvre.

Sur le ponton le Diable ou un diable ou un démon m'a jeté dans le fleuve et je suis entraîné par le courant. De justesse je me rattrappe des deux mains aux planches du ponton alors que mon corps est apiré par les flots. Le démon essaie de me faire lâcher prise mais je parviens a l'agripper et à le faire basculer par dessus bord. Je me hisse sur le ponton et je le vois se débattre dans le courant, son corps immense, rouge et musclé surmonté d'une tête puissante et cornue émerge des flots. Il me crie une bordée d'injures que je n'ose pas écrire ici et me dit qu'on se retrouvera. Alors qu'il est entraîné vers les chutes, je ris et je lui crie que ce n'est pas la peine, que je ne veux pas me battre et que cela ne sert à rien qu'il soit aussi méchant, qu'il a de l'amour en lui et que je l'aime car il n'y a que l'amour. Je le vois alors disparaître dans les chutes alors qu'il émet én dernière insulte la ponctuation chère à Patrick Bosso.

Dans ce rêve nulle peur, nulle crainte, nulle angoisse malgré le décor infernal et les éléments qui auraient pu être cauchemardesques.

Je m'interroge et je comprends que ce rêve est un bon signe, il témoigne que certains shémas sont en train de disparaître chez moi et que le guerrier de fer et et de feu est en train de se transformer. Dans l'intimité du rêve lorsque les shémas s'expriment sans censure trop marquée, le refus de me battre et de répondre à la violence par la violence montrent que doucement je choisis la voie de l'Amour. Merci merci pour cet encouragement.

Et s'il y a d'autres messages dans ce rêve, je ne les ai pas encore compris.

 

Agapé

 

 

 

 

Commenter cet article