Flèche, extrait de dialogue

Publié le par Les champs de l'Invisible

Dans l'espace de silence et de lumière il y a une clé cachée. Celle-ci ouvre les portes de la compréhension  et de la vision des choses. La compréhension permet de se saisir de la nature, de sa propre nature. La vision révèle où se portent les pas.

Silence.

Importance du silence.

Car avant le bruit était le silence qui recouvrait les eaux.

Q : mais, et le tohu-bohu ?

Ceci n'a rien à voir, je parle d'autre chose. Il y a très loin et tout près les champs où s'étire le silence.

Le silence est matière et vie, vide et vacuité. Il est le temps de la germination et celui de l'éclosion. Le bruit qui environne n'est qu'une autre de ses formes avant de se transmuer en musique. Alors peuvent retentir les harmonies divines. C'est l'essence que nous recherchons. Et ce silence est en toi. En chacun de nous comme une coupe infinie entre nos mains. Souviens-toi de la légende du Dieu Singe qui voulant échapper à l'Empereur Céleste franchit d'un bond tout l'univers. Lorsqu'il se posa, il alla uriner, satisfait, au pied d'une colonne qui se trouvait à proximité. La colonne commença à bouger et il réalisa que c'était un des doigts de l'Empereur et qu'il s'était  posé dans la paume de sa main, lui qui croyait avoir mis une distance infinie entre les deux. Nul ne peut fuir la réalité et l'omniprésence de ce qui est dévoilé. C'est cela.

L'Univers est en toi, tu es l'Univers et l'Univers te contient. Lorsque tu l'auras compris tu n'auras plus aucune limite. Cette compréhension ne doit pas être intellectuelle mais physique car elle passe par le ressenti du corps. Cette réalisation ouvre la porte à la divinité et à la réconciliation de ce que tu es. C'est le chemin.

 

[...]

Publié dans Principes

Commenter cet article