Rêve marquant

Publié le par Les champs de l'Invisible

nuag.jpg

 

 

La nuit, je dors vraiment très bien depuis de très nombreux mois. Il est vraiment très rare que je fasse des cauchemards ou bien que je me réveille le matin en n'étant pas reposé.

Je mets ce très confortable constat au crédit des petits exercices de méditation et relaxation que je fais avant de m'endormir.

Mes rêves sont aussi très agréables et ceux dont je me souviens sont "transportant". L'image des nuages que j'ai mise en en-tête de ce billet illustre plutôt bien les visions qui peuplent mes nuits.

Or, cette nuit, j'ai vraiment eu un drole de sommeil et j'ai fait un rêve qui m'a fortement marqué et au réveil j'emportais avec moi un sentiment très déagréable et un malaise profond avec l'impression d'être perdu et abandonné. Le désespoir imprégnait mon réveil.

Le rêve débute chez ma mère et la situation y est assez confuse, je ne sais plus trop ce qu'il s'y passe mais je suis habité par une grande frustration qui m'étouffe, des éléments sont en désordre et la porte d'entrée de l'appartement est ouverte avec l'encadrement cassé. Je crois que j'essaie de ranger quelque chose en proie avec cette frustration liée avec la discussion que j'ai avec ma mère. C'est alors qu'arrive mon chat, (c'est un chat avec lequel j'avais une très grande amitié et qui m'a accompagné de l'enfance au début de l'âge adulte, cela fait presque 20 ans qu'il est mort). Quand je le vois arriver, miaulant et sympathique je suis tout d'un coup très agacé et je lui mets un coup de pied pour le faire dégager, il s'éloigne et je le vois qu'il se dirige vers la porte et sort sur le pallier, je n'ai pas envie qu'il s'échappe pour ne pas avoir à lui courir derrière et je vais pour le suivre. Alors que je suis sur le point de franchir le seuil de l'appartement, je le vois qu'il se pose sur la première marche conduisant à l'étage du dessus, arrivant sur le palier, je remarque des traces rouges sur le sol, c'est du sang. Tout d'un coup ma colère se dissipe et fait place à une grande inquiétude, je vais vite voir mon chat allongé sur la marche et un faque de sang se répand autour de lui tâchant le blanc de sa fourure, je le prends dans mes mains qui se remplissent de son sang. Il miaule mais ne m'en veut pas, en fait il m'aime et je suis complètement affolé, culpabilisé et je ne sais que faire, je sens que c'est perdu et qu'il part irrémédiablement sans que je puisse le retenir. Tout ça à cause de coup de pied que je lui ai donné.

Sur ce je me réveille dans un état pitoyable avec un malaise profond et un sentiment de désespoir qui me donne envie de pleurer.

Il est bientôt l'heure de se lever, mais je peux encore rester dans le lit quelques instants. Je décide donc d'en profiter pour essayer de me faire une petite séance comme tous les matins ou presque de décrassage invisible, en fait c'est très simple je me détends et je demande à un esprit de lumière quelqu'il soit de bien vouloir prendre soin de moi de soigner mon corps physique et mes corps invisibles si besoin, ils savent toujours ce qu'il y a de mieux à faire pour moi. Souvent je sens une douce chaleur m'envahir, descendre par la tête et se répandre dans le reste du corps, parfois je ne sens rien, mais ce n'est pas bien grave car je sais que le processus se réalise. Aujourd'hui, assez étonnemment, je m'adresse à Marie, c'est très rare, je ne nomme que très peu lorsque je veux attirer l'attention. Juste je demande, non pas qu'alors ce ne soit plus mon problème, mais j'estime que je ne suis pas le mieux placé pour savoir ce dont j'ai besoin. Je n'ai pas une conscience assez développée et je préfère faire confiance et me laisser guider.

Je commence donc à demander à Marie, et alors que cette phase de purification est toujours consciente et éveillée, je me rendors aussitôt après l'avoir appelée. Je me réveille une dizaine de minutes plus tard en me sentant toujours aussi mal. Je me lève et je vais dans un état très déagréable me servir un verre d'eau dans la cuisine. J'entends ma compagne dans la salle de bains se préparer et alors que je regarde mon verre se remplir j'ai envie de pleurer tandis que je revis mentalement les scènes et les émotions de mon rêve.

J'ai l'impression d'être seul et que personne ne peut m'aider. Je ne ressens pas la présence d'Elsabeth et lorsque j'appelle mon guide c'est le silence et personne ne me répond.

 

 

  ...

 

C'est étonnant... je viens de retrouver ce texte, je l'avais écris en décembre 2010 sans le finir. Aujourd'hui, alors que je décide à mettre à jour ce journal et de continuer un article que j'ai commencé hier, je trouve dans le dossier "Brouillons" de l'interface d'Overblog le texte ci-dessus.

Je viens de le relire et j'en suis étonné. Je ne m'en souvenais plus du tout.

Maintenant, le désespoir profond que j'avais éprouvé me reviens en mémoire. Je ne sais plus bien ce qu'il s'est passé après avoir bu un verre d'eau dans la cuisine, peut-être ai-je recouvré peu à peu mes esprits et le malaise de ce rêve s'est-il estompé doucement ? Je ne m'en souviens plus.

Cela me rappelle un autre rêve que j'ai fait à cette époque, peu de temps après celui-ci.

Brièvement :

Cela se passe toujours chez ma mère, je ne me souviens plus des circonstances mais dans un faux mouvement ou un geste maladroit je bouscule ma mère qui est un dame assez âgée, elle trébuche, perd l'équilibre et tombe en heurtant un meuble de la tête sans que je puisse la rattrapper. Elle gît incosciente et je sens que l'irréparable vient de se produire. Un immense désespoir m'envahit et je crois que je me réveille avec la même angoisse que le rêve précédent.

 

Etrange.

 

Je ne sais pas ce que cela veut dire.

 

Visiblement ces rêves ont des points communs : le lieu, la présence d'être qui me sont chers, le drame qui survient à cause de moi, l'angoisse immense et le sentiment de désespoir dans le rêve qui perdure au réveil.

 

Il est clair qu'il y a un message derrière tout cela. Mais lequel ?

 

Ce qui es sûr, c'est que ces rêves sont survenus à un moment où j'avais résolument entrepris de rompre avec certains scémas mentaux personnels et récurrents qui me pourrissaient la vie et que je ne voulais plus me trimballer (es traces karmiques si vous voulez), et ce genre de démarche oblige à regarder au fond de soi et comme ce qu'on y découvre n'est pas toujours joli-joli et en adéquation avec notre propre image, il faut s'attendre à être un peu remué.

 

Le fond de culpabilité très fort qui est présent dans ces deux rêves est un élément je pense très important.

 

Quelle faute ai-je donc commise pour m'en vouloir à ce point là ? Je ne suis pas parfait, je le sais et mon sur-moi sévère à tendance à me mettre des raclées régulièrement, mais pourquoi ? quelle faute réelle ou imaginaire ai-je donc commise ?

 

Le temps fuit et ne se rattrape pas, ça c'est sûr, toutes les erreurs que j'ai commises sont mes compagnons de voyages et je les veux conseillères et non accablantes.

 

Ce que je vois aussi comme message, c'est un rappel sur l'acte ou le choix et la nécessité d'être en accord avec soi-même dans l'action pour pouvoir l'assumer pleinement.

 

L'action est créatrice, une fois réalisée l'énergie mise en oeuvre se déploît irréversiblement, seul le démiurge peut changer le cours des choses, et ces rêves sont une invitation à réfléchir à nos choix, à nos actes et à faire en sorte qu'ils ne nous échappent pas. En effet, quel intérêt à commettre quelque chose sous le coup de la colère (cf. le premier rêve) pour le regretter minablement après ? Cela démontre bien l'immaturité d'une telle démarche, il faut se connecter au divin et à la Terre en permanence pour laisser parler le meilleur de nous d'une part et évacuer d'autre part les énergies pourries qui nous influenceraient et que l'on aurait contribué à créer et à faire se développer par la stagnation.

 

Etrange que le souvenir de ces rêves surviennent ainsi plusieurs mois après. Il y a sûrementd'autre enseignement je vais y réfléchir.

 

Agapé.

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article